Un kimono tout beau !

Bienvenue dans la section couture du blog et pour vous accueillir comme il se doit, on commence avec un projet couture qui rime avec Japon. Alors vous devinez ??? Le kimono bien sûr ! En même temps c’était indiqué dans le titre donc bon … Passons aux choses sérieuses. Si vous êtes débutant en couture, c’est le top pour commencer tranquillement. Rien de compliqué, promis.

Tout d’abord, j’ai commencé en pliant mes 3 mètres de tissu en deux dans le sens de la longueur et j’ai découpé au niveau de la pliure pour avoir 2 parties de taille égale (photo 1). Ensuite j’ai replié mon tissu en deux mais cette fois dans l’autre sens (photo 2). À l’aide d’un kimono que j’avais déjà dans mon dressing, je trace la forme de mon kimono (photo 3 et 4). Comme j’avais un perroquet de couture, je m’en suis servi pour tracer l’angle de la manche. Je suis passée à la découpe (photo 5). J’ai marqué le milieu du kimono puis découpé l’ouverture (photo 6).

 

On se retrouve donc avec 3 parties : un dos et deux demi-devants (photo 1). J’ai marqué aux ciseaux l’endroit où je voulais que mes fronces s’arrêtent sur la partie dos (photo 2), mais nous reviendrons un peu plus loin sur ce point.

J’ai surfilé les marges de couture au point zigzag de toutes les pièces pour éviter que le tissu ne s’effiloche (photo 3) . J’ai réalisé un bord tout le long des demi-devants à l’endroit de l’ouverture du kimono pour un fini soigné (photos 4 et 5).

Je me suis ensuite attaquée aux fronces. Je m’explique : j’ai choisi de réaliser des fronces en haut des demi-devants afin de créer une ouverture en V sans devoir couper du tissu et installer une parmenture qui aurait été un peu trop compliqué. Du coup, j’ai froncé le tissu jusqu’à obtenir l’ouverture souhaitée (photo 6).

J’ai pu assembler mes demi-devants et mon dos avec une couture simple (photos 7 et 8). J’ai ouvert les coutures au fer à repasser avant de faire un joli bord au niveau des manches (photos 9 et 10). Une fois les finitions des manches terminées, j’ai épinglé et cousu les côtés de mon kimono. J’ai ouvert les coutures au fer et enfin réalisé l’ultime étape, l’ourlet du bas.

 

Voilà le résultat final:

 

Je ne suis pas une professionnelle de la couture, il y a peut être des choses qui se font d’une autre manière et bien mieux mais c’était mon expérience que je voulais partager avec vous et j’espère vous avoir donner l’envie de vous y mettre aussi.

À très vite pour une prochaine cousette !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *